11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 00:10

On parle de timidités pour décrire les espaces entre les rameaux que l’on observe chez certains arbres, comme ce Vochysiaceae de Guyane.

Les scientifiques ne savent pas très bien pourquoi ni comment ce phénomène se met en place.

Il permettrait essentiellement d’éviter l’abrasion des feuilles par frottement.

Le fait est que ces timidités naturelles implique la division de l’ensemble en sous unité plus petites mais de structure identique.

Ces morceaux sont néanmoins délimités par une zone de vide, d’absence de la matière composant les pièces du pulzze.

Néanmoins, ces frontières sont les voix préférentielles des flux énergétiques externes. Le vent s’y engouffre, la lumière passe à travers.

 

Lecture sur le sujet : Plaidoyer pour l'arbre de Francis Hallé

Partager cet article

commentaires